Vacances en Famille 4 / Réveillon de Noël

Comme c’était expliqué dans un précédent post, nous sommes les rois de l’improvisation et de la non-organisation !
Je m’explique, de temps en temps nous aimons relevé le défi du « pas-besoin-de-paniquer-de-toute-façon-ça-va-le-faire-et-ça-va-être-exceptionnel », et ce Noël 2016 est un exemple parfait.

Lorsque la famille débarque le 15 décembre, dans ma tête j’ai l’impression d’être début novembre, donc les fêtes de fin d’année sont les derniers de mes soucis. Sauf qu’arrivés au 22 décembre, il serait peut être temps de se poser des questions sur ce que nous ferons et où nous serons pour Noël !
Et là nous recevons un mail qui va donner la solution au problème : la famille avec qui nous avons échangé notre maison cet été nous propose de venir passer le réveillon de Noël avec eux et de dormir chez eux pour la nuit. Merci Marie-Pierre et Luc. Et voilà, notre chance légendaire nous suit car nous avions énormément envie de les revoir, mais sur un planning très serré (pour eux comme pour nous) cela semblait difficile. Cette famille est bourrée de simplicité et de gentillesse, nous acceptons donc de nous déplacer jusqu’à la « maison des québécois » comme l’appelle notre deuxième !
Les voisins (absents durant notre séjour cet été) sont aussi de la partie, avec les parents de Marie-Pierre. Un repas typiquement québécois, tourtière, ragoût de boulettes, dinde, lait de poule, bûches… et pour finir digestif autour d’un feu improvisé sur la terrasse. Un moment exquis, des personnes sublimes, merci de l’avoir partagé avec nous.

Le lendemain nous sommes allés nous promener dans le parc à côté de la maison, histoire de profiter de cet endroit à chaque saison. Les enfants sont ravis et s’amusent avec leurs enfants. Il fait un temps magnifique, nous prenons l’air à plein poumons et nous nous remplissons les yeux de ces magnifiques paysages.

R.

fichier_00012

 

Comparatif Été/Hiver

La vue de la terrassefichier_00010

wp-1470748905476.jpg

Le bord du lacfichier_00015

wp-1471179785893.jpg

 

Vacances en Famille 3 / Activités avec les enfants

Les journées s’enchaînent et ne se ressemblent pas.
Avec des températures moyennes dignes d’un congélateur, il faut occuper les enfants car les laisser plus de 30 minutes dehors pourrait être assimilé à de la mal-traitance sur enfant … même si pour eux c’était une de leur activités favorites !
Creuser, faire des tunnels, marcher avec de la neige jusqu’à mi-cuisse, essayer de faire de bonhomme de neige, faire des pistes de billes en glace… rien ne bride leur imagination.

Fichier_000(2).jpeg

Pour s’amuser au chaud il existe des centres d’activités  (comme en France) dans lesquels les enfants sont lâchés pendant minimum 1 heure : piscine à balle, toboggans (glissades) , terrain de foot (soccer) en salle, coin petits enfants, etc etc
Tubes et jujube à Gatineau et Cosmic Adventures à Ottawa.
Les enfants s’en donnent à coeur joie. Des étages qui s’emmêlent, des chemins qui se croisent. Un coin canapé pour les parents, un snack pour les petits creux et une demi journée plus tard, tout le monde a passé du bon temps ! (tout le monde a eu du plaisir, oui en France cette expression a une connotation très sensuelle ; ici, elle est utilisée très souvent)

Durant le séjour de la Patronne et des enfants, nous avons eu la joie de passer la journée (l’après-midi pour moi car je travaillais le matin) avec une famille de notre groupe de réseaux sociaux d’immigrés, les Gladiateurs. La Monstro-Family vit actuellement en Ontario, près de Toronto, et est venue passer quelques jours au nord du parc de la Gatineau.
Ainsi nous avons pu profiter ensemble d’une activité typiquement canadienne : la glissade sur tubes !
Le principe est simple, moyennant un forfait, vous pouvez allez glisser sur des pneus de camion sur une piste de neige aménagée au bas d’une station de ski. Un tapis roulant vous remonte jusqu’en haut de la piste pour vous éviter le désagrément de le faire avec vos petites jambes. Forfait journée, demi-journée ou 2 heures, vous choisissez et vous glissez !
C’est drôle et fun, la Patronne et l’Ainé l’ont fait un bon nombre de fois pendant que je m’occupais des deux cadets afin de glisser sur des pistes beaucoup moins impressionnantes. Il existe plusieurs sites autour de Gatineau et les alentours. Celui-ci est celui d’Edelweiss à Wakefield.

Fichier_000(22).jpeg

Enfin, nous avons également fait le musée de l’aviation à Ottawa. (La Patronne et les enfants avaient été au musée des enfants le matin de la journée en compagnie avec la MonstroFamily)
Des avions de tous les âges et de toutes les sortes, une section ISS qui a passionné le Grand, des (vrais) cockpits dans lesquels les enfants (surtout les deux derniers) peuvent toucher aux 100 000 boutons. C’est simple et efficace !

R.

fichier_00019

 

Vacances en Familles 2 / Traineau à Chiens

Un des meilleurs moments de nos vacances. Nous avons été faire une activité totalement touristique : le fameux traineau à chiens, moyen de locomotion privilégié l’hiver des premières nations !

Aux environs de Gatineau, nous avons été ici  https://www.facebook.com/ChiensDeTraineauGatineauSledDogs/?fref=ts
L’accueil est extraordinaire, familiale, simple et chaleureux. Compter entre 100$ et 160$ par adulte en fonction du forfait pour une à deux heures de balade. Les enfants sont installés sur le traineau du guide , la Patronne et moi-même avons un traineau chacun avec 4 chiens.
C’est fun, les chiens sont des machines de guerre pour foncer, nous rigolons, nous glissons sur de la neige toute fraichement tombée et nous passons un superbe moment.
En milieu de parcours, une fois que nous maitrisons totalement notre traineau, les enfants sont placés avec nous afin d’équilibrer au maximum les charges. Et de s’amuser en famille.

Un moment magique, une parenthèse, un instant en suspension.

R.

20161225_19455120161225_19434420161224_113744

Vacances en Famille 1 / Party de Noël

Donc le jeudi 15 décembre, la tribu a atterri à l’aéroport YUL de Montréal.
Petit conseil pour faciliter le passage à la police des frontières : la Patronne avait en main
– une lettre manuscrite signée dans laquelle je lui donnais mon autorisation pour passer la frontière canadienne en mon absence avec les enfants,
– la photocopie de mon passeport, de mon visa temporaire et de ma promesse d’embauche,
– notre livret de famille en plus des passeports de chacun des enfants.

L’entrée sur le territoire s’est fait sans encombre et un froid polaire était là pour les accueillir.image2-2

Mon planning a été allégé afin de pouvoir répondre aux urgences du cabinet tout en profitant de la famille. C’était donc parti pour quinze jour de folie à 5 dans mon studio (bachelor) de 45 mètres carré (484pieds carré).
Rien n’aura été organisé, ni réservé à l’avance. L’improvisation, un domaine dans lequel notre famille excelle !

Après une courte phase d’adaptation à l’horaire québécoise, le samedi soir se déroulait le Party de bureau (prononcé « poarté »). Isabelle (ma fameuse secrétaire) dégote sa belle-fille pour garder nos enfants qui seront endormis dans leur lit à 19h15. Et la Patronne vient à la découverte de notre premier Party.

RDV à 17h30 pour aller à l’apéro chez Ginette. Le copain (chum) d’Isabelle sera notre taxi aller et retour, ça tombe bien, il prévoit une bordée de 20cm de poudreuse ! Et dans mon monospace (ma van) on peut tenir à 7 !
Apéro au vin et shooters de Sour Puss, la préchauffe commence bien. 19h30 nous arrivons dans une cabane à sucre au fin fond d’une forêt d’érables (cabane à sucre oblige !). Repas québécois de qualité très moyenne, heureusement le vin et l’ambiance sont là. Le repas est pris rapidement car très vite, les tables sont poussées et un chansonnier (guitariste/chanteur) commence à reprendre des tubes québécois et français dans une ambiance très festive.

La Patronne est accueillie les bras ouverts car nombreux sont ceux qui souhaitent rencontrer la (pauvre) personne qui me supporte dans la vie quotidienne (hahaha). Ma place sera dehors à -20 à servir des shooters de Vodka (québécoise) et de Get 27 (français), toute une symbolique et une invitation à festoyer, à se réchauffer.
Je dois admettre tout de même que la soirée passe à une vitesse folle et que je n’ai pas les souvenirs trop clairs sur les derniers instants… une clinique de 40 personnes, ça fait beaucoup de shooters pour trinquer avec tout le monde !
La soirée ne se terminera pas trop tard, vers minuit et demi, mais tout le monde titubera en repartant (sauf les chauffeurs… quoique certains n’étaient pas complètement à jeun).
Un super Party de Noël qui apparement a explosé le record de personnes saoules (chaudes) depuis des décennies.

Notre premier Party, le ton est donné pour les suivants.

R.

« et ton stage alors ? »

Petite parenthèse pour les « Dentistes »

Le stage se déroule très bien. Je fais ma place dans la clinique et je prends le pli pour le rythme des journées.
Les différences avec la pratique résident en gros à trois points, mais globalement les actes sont similaires et nous n’avons pas à rougir face à la pratique nord-américaine.
Une dent reste une dent, donc les techniques opératoires sont similaires, voir quasi-identiques.

Première différence : les temps de rendez-vous. Fini les 20-30 ou 40 minutes. Les temps sont doublés, voir triplés par rapport à ma pratique en France. Cela à cause de plusieurs facteurs : les soins étant très chers, la qualité attendue et l’exigence sont un cran au dessus de celles des français (trop habitués du gratuit ou du intégralement remboursé). De plus les prix étant 5 à 8 fois supérieurs à la France, pas besoin de faire de la quantité pour « survivre » dans son cabinet.
L’autre facteur est que tu dois, en plus de tes rendez-vous, effectuer des examens complets, établir des plans de traitement et répondre aux questions des patients vu par l’équipe d’hygiénistes (Oui ,la France est un des derniers pays à interdire la présence d’hygiéniste dentaire dans l’équipe médicale… no comment) Ainsi il n’est pas rare de se faire interrompre (parfois plusieurs fois) pendant un rendez-vous. Donc il faut voir un peu plus large pour pouvoir éviter tous retards.

Deuxième différence : beaucoup de soins conservateurs et d’extractions. Peu d’endo et de prothèses. L’endo et la prothèse représente à peine 10% de l’activité d’une journée standard. Et il n’est pas rare de retirer des dents qui sont « sauvables » avec un traitement canalaire mais que tu dois enlever par manque de moyen financier (entre 500 et 1100$ l’endo).

Troisième différence : la tenue du dossier médical. TOUT doit y figurer. L’Ordre inspecte régulièrement les dossiers de tous les cabinets dentaires. C’est une question de protection juridique et de droit du patient. Pour chaque rendez-vous le dossier doit contenir au minimum : motif du RDV, Questionnaire médical remis à jour, les allergies et les médicaments, les signes cliniques, les tests effectués, les analyses des radiographies éventuelles, le diagnostic, les détails de l’acte effectué (avec les produits utilisés,  les gestes effectués, les éventuelles remarques), le pronostic et les actes à faire le prochain RDV.
En gros pour un petit composite, tu arrives avec 15-20 lignes de description !

Juste avant Noël, j’ai reçu mon cadeau par mail : ma validation pour l’auto-évaluation en pharmacologie ! J’y ai passé de longues heures, à fouiner dans les livres et sur internet pour trouver les références canadiennes, mais ça a été payant. Une seule correction a été demandé !
Cet auto-évaluation consiste à répondre à des questions sur une dizaine de cas clinique.
Adulte diabétique avec un risque oslérien et allergique à la moitié du Vidal qui vient avec une nécrose pulpaire (ah oui, il est phobique et fait de l’asthme aussi donc nécessite une prémédication), ou bien un enfant qui est soigné pour une leucémie qui vient avec une primo-infection herpétique et des lésions l’empêchant de s’alimenter et de boire depuis 2 jours (donc rien per os), un hémophile qui veut se faire retirer les dents de sagesses incluses qui fait de l’épilepsie et de l’anémie etc etc etc
Bien entendu les cas ne sont pas simples et tu replonges dans tes ouvrages de pharmacologie et de pathologies médicales car tu as trop pris l’habitude d’adresser ce type de patients à l’hôpital ! huhuhu !

 

Il y a également une auto-évaluation sur le système de santé québécois qui se remplit en ligne sur le site du conseil de l’ordre en regardant en parallèle des petites vidéos pas très palpitantes… regarder pendant 5 heures une personne assise en train de lire un texte, y’a quand même plus existant dans la vie !

Voilà, amis Dentistes, des questions ?

R.

« Alors pas trop froid ? »

Depuis mi-novembre, il neige de temps en temps et les températures passent régulièrement sous les 0 °C. La semaine durant laquelle la famille débarque va annoncer la couleur pour les 15 jours qui suivront.

img_1200

Oui, un bon -30 pour se mettre en jambe.
Alors que tout le monde se rassure, il n’y a pas eu des morts (ou bien les infos n’en ont pas parlé). Sur l’ancien continent lorsque la température atteint les -5, des articles alarmistes sur le nombre de décès du au froid font paniquer la population… ici à -30 les associations et oeuvres caritatives font légions et la solidarité québécoise permet de passer le cap pour les plus démunis.

Une chose est sûre, la vie continue même avec des températures « sympathiques » le matin au réveil ou bien avec une bordée de 20-40cm de neige sur les routes.

Le secret réside dans les habitudes à avoir :
– arrêter de porter le même manteau en automne/hiver/printemps,
– ne pas vouloir sortir avec les dernières chaussures (souliers) à la mode de chez Louboutin ou Santoni,
– se couvrir complètement si on prévoit de sortir plus de 5 minutes dehors (bonnet tuque, gants mitaines, écharpe, semelles isolantes)
– chauffer le moteur 5 minutes avant de partir avec le char.
– toujours avoir une paire de gant de secours dans la portière ou le sac à dos !

Message aux familles et aux amis de l’hexagone qui se font un sang d’encre pour nous : PAS D’ANGOISSE, LA MÉTÉO EST TOTALEMENT VIVABLE, et nous n’avons même pas perdu de doigts !

R.