Temps des fêtes… d’été !

Été 2018

Cette période de l’année est propice à énormément d’activité extérieure. Le froid dure la moitié de l’année, la chaleur l’autre moitié, ainsi tout est excuse pour sortir… tout le temps ! Concert, spectacle, feux d’artifices, fêtes de fin d’année…

Tu ne peux pas t’ennuyer l’été ici si tu cherches à t’occuper. Il y a toujours quelque chose à faire. Reste à se décider quoi choisir !

R.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

« J’envoie valser … »

20180906_211049.jpg

« Moi je m’en moque,
J’envoie valser les trucs en toc
Les cages dorées … »

début septembre 2018

Une fois n’est pas coutume j’ai pris du retard sur les articles, pas moins de 20 billets dans les brouillons ne demandent qu’à être rédiger et mise en page.
Une entorse dans la chronologie sera faite pour expliquer les futures parutions, un résumé en quelques lignes pour mettre l’eau à la bouche 😉

De nombreux rebondissements professionnels ont eu lieu ces derniers mois et avec tous les remous, mieux a valu attendre que ça se calme pour expliquer clairement les choses.

La Patronne pas de changement, la clinique fonctionne bien et l’organisation est belle, donc cela permet une fois le rythme et le tempo acquis de rouler sans trop de difficultés (enfin mis à part le choc des cultures France/Québec en dentisterie, un prochain billet pour tout expliquer pour les dentistes)

Pour ma part j’ai posé ma démission en juin.

Problème de compréhension, tensions suite à l’annonce des départs des deux autres frenchies de la clinique, refus de négociation ont amené que l’on m’a proposé de signer un contrat qui ne me convenait pas ou bien de partir.
La suite coule de bon sens.

Je suspecte que cette tentative de hold-up de la part de mes employeurs était motivée par le fait qu’il savait que j’avais un permis de travail fermé avec eux et que nous n’avions pas encore fait la prolongation, ils ont donc tenté le coup  de bluff du « rentre-en-France-si-ça-te-plait-pas-ici », sauf qu’au jeu des échecs ils faut toujours voir trois coups à l’avance. Ainsi lors des débuts de pseudo-discussions stériles et sentant le vent tourner, nous avons fait une demande de permis de travail pour la Patronne : 2 mois et demi après la demande nous nous retrouvons avec de nouveaux permis temporaires, fermé pour la Patronne et ouvert pour moi ! Youpi, je peux aller travailler où bon me semble (sauf dans l’industrie du sexe… c’est écrit noir sur blanc sur mon permis !)

Aujourd’hui, je passe (beaucoup !) d’entretiens d’embauche et effectue des journées d’essai afin de trouver une belle clinique qui proposera de belles conditions. Je ne suis pas pressé de trouver, je veux quelque chose de beau ! Les propositions se succèdent et je me rends compte qu’avec de l’expérience et une personnalité facile, cela ouvre les portes des cliniques qui montent les enchères afin de proposer mieux que le voisin. Attendons que les gestionnaires s’écharpent, j’irai voir la meilleure offre !

Entre temps cet été j’ai également fait un dossier pour la spécialisation à Québec en endodontie. Qui ne tente rien n’a rien !
La spécialisation implique la reprise des études (3 ans) et un déménagement à Québec. Ainsi je serais convoqué à l’oral pour l’entretien et me retrouverais 2ème sur liste d’attente (avec seulement 2 places par promotion). Donc je ne serais probablement pas pris pour la promotion septembre 2019, mais pourquoi pas retenter l’année prochaine… en tout cas trois billet sortiront sur le périple Gatineau-Université de Laval à Québec.

Bien entendu les prochains articles parleront aussi de nos week-ends et des belles visites que nous avons eu durant l’été. Puis de nos vacances en Alberta, dans les Rocheuses Canadiennes. Que du beau pour vous faire rêver 😉

Allez, on se prépare pour les prochaines jours à avoir tous ces compte-rendus  🙂

R.

20180906_194657.jpg

Un week-end comme un autre

IMG_4803

Juin 2018

L’école prend fin, le soleil brille, le temps continue de défiler aussi vite qu’un cheval lancé au grand galop.
Dire que la vie est plus cool ici serait mentir…Disons que les priorités ne sont pas les mêmes. Les horaires de travail sont plus étendues, le stress au travail est similaire à la France, nous avons perdu en temps de trajet maison-école, mais pour rien au monde nous ne ferions marche arrière. La vie d’immigrer signifie faire des sacrifices, « on a rien sans rien ».
La vie quotidienne une fois organisée passe plus aisément. Les fins de semaines, nous pouvons  nous retrouver, profiter, vivre notre belle vie. Notre aventure en fait rêver plus d’un, nous en sommes conscients, alors savourons chaque instant, comme ces moments au bord de l’eau.

R.

IMG_4766

1531694562719_FullSizeRender.jpg

It’s so quiet…shhh…shhh…

IMG-20180521-WA0011.jpg

Fin Mai 2018

Toujours aucunes nouvelles du fédéral, donc nous attendons patiemment.

Avoir accès à la rivière relève d’un privilège énorme, alors nous allons en profiter un maximum. L’hiver nous avons skié comme des damnés, l’Été nous pagaierons comme des fous.
Les sports d’extérieurs sont très répandus ici et le moindre rayon de soleil est un bon prétexte pour sortir le nez dehors. Un kayak pour enfant coûte environ 160$.  Nous en achèterons deux pour nos Garçons. Nous nous offrirons également un kayak adulte et un canot (la fameuse embarcation des amérindiens) pour pouvoir organiser des sorties familiales. Grâce à quelques vidéos Youtube, les Enfants comprendront rapidement les diverses techniques de maniements de la pagaie.

L’eau reste fraîche, la température dépasse les zéros que depuis quelques semaines, il faut donc éviter de dessaler dans la rivière si nous voulons éviter la baignade à 5°C.

Pas d »incidents à déplorer, juste des paysages pour en prendre plein les mirettes.

R.

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Bon Poisson de Pâques

20180401_071438.jpg

Cette année hasard du calendrier, Pâques tombe le 1er avril.

Pas de blague potache ou de poisson foireux. Juste un petit dimanche dans notre quotidien agrémenté d’une chasse aux oeufs déposés par le Lapin de Pâques dans notre sous-sol.
Oui les cocos (oeufs) en chocolat sont déposés par le Lapin de Pâques et non des Cloches sur ce bord de l’Océan, une subtilité à intégrer dans les explications aux apparitions des oeufs pour les plus Jeunes !
Matinée de ski, les derniers jours de la saison : avec le redoux, la neige fond à vue d’oeil… pour le plus grand bonheur de notre Minette. Bientôt nous ne la reverrons qu’une fois tous les 3 jours car elle sera repartie pour garder son vaste territoire.

20180331_130832.jpg

Notre vie se déroule. Nous attendons, nous profitons, nous vivons.

R.

A/R dossier fédéral

Capture d_écran 2018-01-26 à 18.49.16

Le lendemain de notre dernier billet, l’interminable attente pris fin.

ENFIN !! Après 3 mois et un jour d’attente nous avons enfin reçu notre mail de confirmation de réception de dossier à Sydney, Nouvelle-Écosse (pas celle d’Australie !)

Le mail contient un numéro de d’identification et un numéro de demande. Après plus de 18 mois de sommeil, le compte du CIC est dépoussiéré afin de lier la demande de résidence permanente. Cela permettrait d’accélérer la demande et faciliterait la communication (surtout lors de l’envoi de documents complémentaires)

Lier la demande nécessite de répondre à plusieurs questions contenues dans le dossier (comme la province et la ville souhaitée d’installation) mais cela se fait rapidement : en 3 minutes c’est validé.
Ensuite nous pouvons voir l’avancée de notre dossier en temps réel grâce au compte CIC.

Capture d_écran 2018-01-24 à 11.35.29

Dès le lendemain de la réception de l’A/R, sans même crier gare, notre gentil agent d’immigration valide dans la foulée nos visites médicales passées par anticipation !

Capture d_écran 2018-01-26 à 18.20.24

Youpi ! La chance nous sourit une fois de plus, nous aurons peut être gagné quelques semaines dans l’obtention de notre Brune.
Nous croisons les doigts.

R.