First Step Done !!

20171014_172352.jpg

Et Biiim !

CSQ en poche ! Non, vous ne rêvez pas (et nous non plus d’ailleurs), nous avons bien reçu nos Certificats de Sélection du Québec ! Champagne !
Rétrospective de cette étape : la demande a été envoyé le 12 septembre, nous avons reçu un accusé de réception daté 19 septembre (comme quoi notre dossier avait bien été reçu et qu’il serait traité dans les meilleurs délai) puis le 10 octobre nous avons eu dans la boite aux lettres nos CSQ pour chacun des membres de la famille. Ils sont datés du 3 octobre. Donc sans les délais postaux, le dossier a été analysé, validé et imprimé en 15 jours.

Vive le Programme Expérience Québécoise !

Maintenant nous plongeons dans la seconde étape, tout aussi difficile, la demande fédérale.

R.

DCSQ, le Retour du Jedi

Après avoir échoué dans notre demande papier de Certificat de Sélection du Québec, programme Travailleur Qualifié de novembre 2015,

Après avoir échoué dans notre demande informatique de CSQ programme Travailleur Qualifié du 13 juin 2016,

Après avoir échoué dans notre deuxième demande informatique de CSQ programme Travailleur Qualifié du 16 août 2016,

Après avoir remué Ciels et Terres pour réussir à venir au Québec en permis de travail temporaire, Expérience Internationale Canadienne, Programme Jeune Travailleur,

Après avoir eu un an de fiches de paie québécoises,

Nous revoilà de retour pour une nouvelle demande de CSQ ! Le programme régulier de demande de CSQ Travailleur Qualifié ne se fait QUE par informatique.
Le papier nous rappelle une seconde fois, car nous passons par le Programme Expérience Québécoise, Travailleur Étranger Temporaire Spécialisé.
En gros, après un an d’expérience auprès d’un employeur québécois, il est possible de faire une DCSQ, via un formulaire papier à l’ancienne que l’on retrouve ICI.

Pas de mauvaise surprise dans ce document à remplir et comme nos papiers sont prêts depuis la Saint Glinglin, il nous aura fallu environ 1h30 pour remplir et réunir toutes les pages de notre demande cachées au fin fond d’un carton.
Adieu les 3kilos de photocopies certifiées conformes, les documents exigés sont amplement moins exhaustifs que le CSQ programme Travailleur Qualifié.
Seulement une cinquantaine de pages au total (pages explicatives incluses) et encore nous avons ajouté des documents pour la beauté du geste car nous ne savions que faire de cette tonne de certifiée conforme que nous avions dans les pattes !

À la date anniversaire de ma première fiche de paie, tout est prêt à être envoyé. Enveloppe format lettre, timbrée, direction le MIDI à Montréal.
Pour une famille de 5 comptez 1450$ de frais de dossier.
Nous croisons les doigts pour enfin réussir à enrayer notre poisse vis à vis de ce satané CSQ !

R.

20170911_145907

Résumé de ces derniers mois

Message que j’ai publié sur un forum dimanche matin pour résumer notre aventure.

R.

« Dimanche 21 août 2016, 5h12, dernier jour de vacances. Ce matin j’ai mis le réveil à 5h30 pour essayer doucement de nous recaler à l’heure de Paris, mais en fait je n’arrivais déjà plus à dormir depuis 4h00. Nous décollons ce soir après avoir passé près de trois semaines au Québec.  Dernier jour de vacances, mais premier jour du reste de notre vie.

Le soleil se lèvera à 6h04 , ça tombe plutôt bien car nous n’avions pas profité encore de son lever depuis cette 80ème longitude. Les grillons terminent leurs sérénades nocturnes et iront se mettre à l’abri de la chaleur ou de la pluie, ils ne le savent pas encore. Un sentiment triple se mêle actuellement dans notre esprit : un peu de nostalgie, un peu d’anxiété et beaucoup d’excitation. Ce soir nous rentrons en France, mais nous partons à jamais changé : nous savons que le compte à rebours pour notre immigration sera lancé et nous n’aurons « plus » que dix mois pour préparer notre grand saut dans le vide.

Rien n’a été facile. Tout s’est mérité. Notre dossier a été monté depuis l’automne 2014, cette décision de tenter l’aventure  a été prise en été 2014. Les raisons sont multiples et personnelles, ce sont nos raisons. Chaque projet est aussi différent qu’il existe d’expériences de vie sur ce forum, donc pourquoi vouloir convaincre les autres alors qu’ils n’ont pas vécu, ne vivent pas et ne vivront peut-être pas ce que nous rencontrons dans la vie.

Tout d’abord beaucoup de recherches, des soirées entières à lire chacun de notre côté des kilomètres de blogs, de forums, de sites, d’expériences tous plus différents les uns que les autres, mais si proches pourtant. Je tenais à remercier tous les contributeurs de la toile, bloggers et forumistes car les premiers balbutiements d’un tel projet débute toujours dans l’ombre. Bien malin celui qui peut prétendre de ne pas avoir rechercher sur google et lu la moitié de la toile avant d’apporter sa contribution. Des dizaines, des centaines, des milliers de personnes lisent ces lignes, ces commentaires en silence. Amis forumistes, ne l’oubliez pas lorsque vous cliquez sur le bouton « envoyer » de votre réponse acerbe.

Après de longs mois d’attente (plus de douze) à guetter le site du MIDI, nous apprenons enfin en octobre 2015 que les quotas de réception des dossiers CSQ par l’immigration québécoise seront ouverts pour quelques 3500 dossiers. Nous ferons partis de ces dossiers reçus. Nous aurons réussi à être réceptionné dans les trois premiers jours. Mais hélas, notre dossier a tellement été préparé à l’avance que notre numéro de carte de paiement a changé sans que nous nous en soyons rendu compte. Première estocade, le dossier sera refusé pour non-paiement et renvoyé.

Les coups suivants s’annoncent ardus. Uniquement par le biais de leur site MonProjetQuébec. Lorsque nous voyons la vitesse à laquelle les dossiers papiers sont arrivés, nous angoisserons un peu sur la mise en place d’un tel système. Et effectivement les débuts plus que laborieux du site, les reports successifs dû à la trop forte affluence ont laissé présager un rude bataille pour les jours de soumission informatique. Pour cette année 2016-2017, il y aura eu deux sessions de 5000 places. Nous y étions, comme beaucoup d’entre vous, et nous échouerons à deux reprises. Comme le dit Celine Gov, nous sommes des gladiateurs et nous ne gagnons pas chaque fois. Le plus gros avantage de ce système de loterie géante est de tester la motivation à vouloir partir. Beaucoup de personnes abandonneront leur projet ou changeront de destinations. Pour nous, ça aura eu l’avantage de faire fonctionner notre imagination. En effet avant même que la première  session ne se déroule (en juin 2016), nous avions commencé à réfléchir à une solution de secours, le fameux plan B. Il mettra plusieurs mois avant de mûrir et surtout nous mesurons les gros inconvénients qu’il va engendrer. Un plan B permet d’arriver à son  but, tout en empruntant un chemin plus sinueux. La motivation est là pour palier à cette difficulté supplémentaire. Les plans B, il en existe des tonnes, adaptés à chaque situation, à chaque personne, le tout étant de trouver les ressources nécessaires pour en mettre un en place. Cette solution demande également de reprendre le chemin de la curiosité et de retourner faire de longues recherches afin de se parer au mieux à son organisation… retour à la case départ en somme.

Dans notre cas, nous avons la chance de faire partie des métiers de la santé avec une reconnaissance des diplômes France/Québec. Nous pencherons donc vers une recherche de stage d’équivalence (6mois) pour l’un de nous deux. Le stagiaire partira faire son stage de six mois et rejoindra la famille restée en France en attendant l’émission du diplôme par l’Ordre. A l’origine nous voulions aller vivre dans la ville de Québec, plus calme et plus famille que Montréal. Dans notre malheur administratif, nous aurons eu une chance de vie. Avec une chance incroyable, j’arrive à dégoter un stage à Gatineau. Le maitre de stage est prêt à m’attendre le temps des démarches auprès des services de l’immigration. Depuis  le mois de mai, nous nous sommes lancés dans ses démarches… grand bien nous a pris ! Nous n’osons pas imaginer dans quel état d’esprit nous serions après la déconvenue des soumissions de juin et plus récemment d’août si nous n’avions pas eu cette carte dans notre manche.

Nous apprendrons un peu tard que le permis de travail temporaire que j’obtiens pour ce stage nous aurait permis de partir en famille et de donner par la même occasion un permis de travail ouvert à Madame. Cela nous aurait évité d’être séparé pendant six mois, mais nous essayons de voir le positif : cela nous permettra de nous organiser tranquillement (revendre tous nos biens en France) et surtout d’effectuer une période de test sans embarquer les enfants dedans. En cas de déconvenue, je pourrai rentrer au bercail rapidement et sans contrainte car je n’aurai que ma valise et moi-même à rentrer.

Nous nous organisons donc pour déplacer notre vie vers Gatineau et cela reste selon nous une chance énorme. Sans les différents échecs, jamais nous n’aurions regardé vers cette ville. Après plusieurs recherches et un tour sur place, nous mesurons notre chance d’y aller poser nos bagages dans un futur proche. Le hasard de la  vie nous a poussé par là bas, nous y tenterons notre chance très certainement l’été prochain.

Tout cela pour dire que les difficultés et les échecs peuvent se transformer en force. La chance ne tombe pas sur nous, elle se provoque. Si vraiment vous avez des rêves, pousser les murs, abattez les montagnes, rebondissez plus haut encore, rien n’est impossible.

 

Demain est le premier jour du reste de notre nouvelle vie, car nous rentrons en France pour que nous organisions les derniers détails avant mon stage début septembre et pour que Madame commence à organiser notre prochain départ estival. »

 

Gong… fin du combat !

Ce matin a eu lieu le second épisode de la série « J’attends comme un con devant mon ordi »
Du coup fidèle au poste à 8h30 (même 8h10 d’ailleurs) pour la grande loterie du ministère de l’immigration, devant 2 ordinateurs et la page prête à être ouverte.

8h29m30s… le stress monte…

8h30m00s : « clic » sur les 2 pages… 5 secondes plus tard, les résultats tombent : une page obtient la place 56 925 et l’autre plus de 252 000… oui je suis obligé de regarder et de compter avec mes doigts collés sur l’écran pour être sûr d’avoir bien lu un numéro à 6 chiffres !

Capture d’écran 2016-08-16 à 15.11.27

Ce système de « sélection » est une réelle mascarade, des robots fonctionnent et une seule personne peut utiliser des dizaines, des centaines, peut être des milliers de connexions pour mitrailler le serveur et avoir une chance d’obtenir des places proches du but.
Je ne dis pas que tout le monde triche, mais comme tout système informatique, il y a des failles et certaines personnes peuvent en abuser et tricher. Si le but du site et d’encaisser les frais en acceptant des tricheurs, dommage pour le Québec.

Nous gardons donc la place 56925 et resterons jusqu’au bout pour ne pas avoir de regrets. Sandrine est encore plus mal lotie avec une place à plus de 70 000, nous nous soutiendrons jusqu’à la fin.Capture d’écran 2016-08-16 à 12.41.38

Après plus de 4 heures d’attente, la file s’arrête et reprend plusieurs fois… ça sent le roussi. Pour le fun, je me mets dans la file d’attente avec le deuxième ordinateur pour voir à combien monte la queue… nous atteindrons les 400 000 avant le gong final !

Capture d’écran 2016-08-16 à 13.31.43

Et rebelote ! La fenêtre se referme et nous sommes situés encore plus loin qu’en juin.
En gros la différence entre mon numéro de place et le nombre de personnes restants devant moi est de 12977. Pas de regrets, nous aurons tout tenté.
Grosse pensée à Sandrine, il faudra se monter un plan B pour y arriver. Grosse pensée à Céline également qui se voit une intention de rejet pour sa DCSQ (qu’elle avait réussi à envoyer en novembre 2015)

Capture d’écran 2016-08-16 à 13.16.58

Cette journée relaisse un goût d’amertume dans la bouche et une impression d’injustice. Mais nous nous laisserons pas abattre : c’est pas un peu de magouille et de la tricherie qui nous plomberont le moral ! Show must go on !

R.

Loterie du 13 juin

Ce lundi 13 juin 2016 était une jour charnière pour les candidats à l’immigration : la fameuse ouverture des quotas via le serveur informatique. Ce fameux serveur qui nous a donné tant de fils à retordre, tant d’angoisses et de nuits blanches.

La mise en ligne du serveur depuis plusieurs semaines avec une file d’attente nous a permis de remettre à jour notre dossier le samedi précédant, pour y entrer les nouveaux passeports que nous venons de refaire. Madame a pris son lundi après-midi, moi mon mardi, nous ne travaillons pas mercredi après-midi et moi je suis dispo le jeudi : nous ferons face en cas de décalage de dernière minute ou d’imprévus par le ministère.

Lundi ouverture des quotas à 8h30 heure de Montréal. 14h30 heure de Paris.
La Patronne rentre et reste disponible, allume l’ordinateur et commence dès 14h00 à essayer d’aller sur le site. Elle entre dans une salle d’attente virtuelle à 14h15… 14h30, ça mouline, ça mouline pendant d’interminables minutes, pour qu’elle se retrouve dans la file d’attente avec le ticket 30 060… déception, horreur … ça sent le sapin…

Nous échangeons par message mail, moi je bosse comme un con et suis totalement impuissant (surtout pour l’après-midi de « contrôle/détartrages » que j’ai fait… j’aurai pu largement annulé ma demi-journée) Apparemment des personnes qui ont tenté la file d’attente dès 14h30 et qui n’ont pas été dans la salle d’attente ont des numéros de place plus que favorables à moins de 5000 !

Après 4h30 interminables d’attente, les quotas sont fermés, Madame étaient à 10 000 places de l’arrivée. Bravo à ceux qui ont réussi à soumettre (nous en connaissons plusieurs), ainsi va la vie. Nous n’étions pas fait pour ce système de quota, nous n’avons jamais été heureux au jeu. Malheureux aux jeux, heureux en amour. Nous prenons l’Amour car ça vaut bien plus qu’un dossier envoyé.

Pour le fun, j’ai essayé de me connecter de l’ordinateur du bureau vers 18h30 pour voir à combien s’élever la file d’attente (l’image ci-dessous) … 108 000 personnes devant moi.. 108 000 pour 35 000 dossiers remplis… et encore vous ne me ferez pas gober que les 35 000 étaient devant leurs ordis !

fil dattente

Du coup gros coup de blues pour la Patronne lorsque je rentre à 19h30. Des larmes aux yeux et l’impression amère d’avoir échoué (la même impression que j’ai du ressentir lorsque notre dossier papier est revenu en novembre à cause de mon erreur de carte de paiement)
Je réconforte Madame en lui disant que le plan B est là. Il a été lancé avant ces fameux quotas informatiques pour éviter justement le coup au moral en cas d’échec. C’est drôle car du coup pour moi je ne le ressens même pas comme un échec, pour moi cela reste comme une étape, la Patronne est joueuse et n’aime pas perdre. Elle aurait voulu avoir une place car nous estimons que nous le méritions : nous avons toujours aidé les autres, nous avons toujours soutenu nos amis Glads… nous sommes sur le carreau, ces quotas ne sélectionnent pas aux mérites, encore moins à la valeur des dossiers, tant pis pour nous !

Capture d’écran 2016-06-13 à 19.31.52

Sur la page du dessus, il y a une phrase qui me fait garder le sourire avec toute cette histoire. Une phrase qui contient trois mots en gras et soulignés au milieu du texte. Et cette phrase redonne beaucoup de baume au coeur de Madame.
En gros, lorsque nous lisons cette phrase, nous comprenons que dès que nous aurons atterri au Québec et que mon visa temporaire sera tamponné, nous pourrons envoyer une DCSQ « hors-quotas ». Immédiatement. En rêvant un peu, peut-être que même notre dossier passera en prioritaire grâce aux nombreux points que nous avons avec notre dossier (aux points dont nous avons parlé en début de blog il faut ajouter les points pour offre d’emploi… nous devons approcher des 100 points). Donc ça se trouve, nous aurons notre CSQ avant la fin d’année… Rêvons un peu, c’est gratuit !

Nous tenons le bon bout, les épreuves testent l’envie de partir au Québec et une chose est sûre, nous y serons tous ensembles vite. Très vite.
Un nouveau billet très vite sur l’avancée de mon visa.

R.

Plan B activé

Les nouvelles sont arrivées… et elles ne sont pas bonnes…

Vendredi 26 février, le MIDI nous refait une publication comme nous les aimons tant : ils repoussent la date de la soumission à … loin… très loin ! Mi-juin, minimum !
Et bim ! Encore 4 mois à attendre ! Vous me direz que nous ne sommes plus à 4 mois près quand ça fait presque 2 ans que nous attendons. C’est pas faux, mais ceux seront les 4 mois de trop !

En gros en juin, le site sera de nouveau activé et le ministère augmente le nombre de dossiers acceptés à 5000… sur 42000 comptes crées, ça restera de la loterie ! Le ministère refera une session de 5000 en rouvrant la création de comptes, donc à nouveau la loterie quelques mois plus tard. Nous en avons marre d’attendre, de mettre notre vie en suspens, de nous organiser en fonction de notre succès ou de notre échec d’un clic sur le bouton soumettre d’un site internet… Nous n’avons pas l’habitude de subir des choix de vie, nous les décidons !
Si le ministère ne veut pas de nous, nous irons là bas et nous donnerons notre dossier !

Le plan B mûrit donc depuis quelques semaines mais se précise depuis quelques jours. Les vacances de cet été seront donc axés vers notre projet Québec ! Nous irons 3 semaines au Québec, c’est décidé ! Nous embarquerons les enfants et irons leur montrer leur (probable) futur…

Notre maison est mise sur un site d’échange de maison, la chance sera peut-être avec nous ! Le but de ce voyage cet été sera de réseauter au maximum et de rechercher un maître de stage afin de commencer la reconnaissance de nos diplômes. Nous souhaitons également visiter et prendre la température des différentes villes autres que Montréal et Québec.
Si jamais le courant passe avec un dentiste québécois, le but de la manœuvre sera de le persuader de faire les démarches afin de prendre un stagiaire et aussi les démarches pour embaucher un travailleur étranger auprès du ministère de l’immigration. Avec ces autorisations en poche, je partirai pendant 6 mois faire mon stage d’équivalence… point noir du plan B… seul…
Un tel sacrifice serait payant car si mon diplôme est reconnu équivalent Québécois, un chemin permet de présenter notre dossier CSQ, hors des quotas : le programme d’expérience québécoise, diplômé québécois. Le CSQ serait acquis en quelques semaines et nous rattraperions le retard accumulé avec les reports du MIDI.

Nous n’abandonnons pas pour autant la loterie de juin et si jamais nous arrivons à envoyer notre dossier, nous pourrons ajouter de nouvelles pièces en septembre avec notre voyage de 3 semaines.
Le plan B doit être peaufiné, affiné, sûrement modifié sur certains points, mais il sera parfait pour le mois de juin, afin de ne pas essuyer un coup de mou si nous ne faisons pas partis des 5000.

Nous gardons le moral et rien ne nous fera douter que cette année 2016 sera notre année !

R.

Guerre des nerfs… guerre de tranchés

Aujourd’hui 16 février, plus d’un mois que nous attendions cette date.
L’emploi du temps était minuté : enfants, repas, dans les starting-blocks pour l’ouverture du site à 14h30 heure française. … tout même jusqu’à la possibilité de rester devant l’ordinateur pendant des heures, voir même passer la nuit devant l’écran à cliquer !
13h00 : je suis calé devant l’ordinateur, la page du site du MIDI ouverte et la touche F5 régulièrement enfoncée.
14h30 : le site commence à ramer… aïe !  Ça s’annonce mal. Je reste confiant et motivé : rien ne me fait douter dans la réussite de notre soumission !
14h31 : pages d’erreur qui s’enchaînent. ..
Et cela durera 2 heures… deux heures de pages d’erreur qui s’enchaînent et qui ne varient pratiquement pas…
Heureusement que nous restons en contact via les réseaux sociaux avec nos amis de galère.
Nos très chers Gladiateurs. Nous sommes 9 dossiers à essayer d’accéder au graal du site. Les 2 heures passent relativement vite car nous jacassons et galerons ensemble.
Au bout de deux heures de clics intensifs, le couperet tombe :
Suite à un bris technique, le site est hors service. Une nouvelle date de soumission sera donnée et il y aura 24h minimum pour s’organiser. …

Stupeur ! Coup de tonnerre !
Faux départ. … Madame a les nerfs en pelotes. Déçue de ce faux départ et de tout ces petits sacrifices qui n’auront servis à rien aujourd’hui. J’essaie de garder le sourire, nous devons garder la tête haute et aller se l’avant !  Quand un de nous flanche, l’autre se doit de le rebooster !
Je suis à bloc et ne veux pas baisser de régime : nous serons dans les quotas de février, je m’en persuade, je n’en doute absolument pas !

Reste à attendre (encore !) les nouvelles du MIDI… attendre, un sport que l’on commence à maîtriser :p