Camps de jour

IMG_5887Les centres aérés

L’école se termine fin juin et reprend fin août. Donc autant dire qu’il faut trouver des moyens pour faire garder les enfants.

Les camps de jours sont là pour ça. Les municipalités proposent des camps de jours à des prix défiants toutes concurrences mais attention, les places s’arracheront aussi vite que la tournée d’adieu des Backstreet Boys. Les écoles aussi bien entendu proposent des services de garde durant les vacances.

Sinon ils existent une multitude de formation privées qui proposent des camps de jour à thème. Sport, Art, multi-activités, tout (ou presque) peut se trouver.

Cette année nous nous sommes pris en retard (comme d’habitude quoi) et nous n’aurons pas une multitude de choix, mais avec notre chance qui ne nous quitte pas nous avons tout de même réussi à dégoter un camp de jour très sympa pour les deux grands (oui la difficulté est que la majorité des camps n’accueillent pas d’enfant de moins de 5 ans).

La Garçons iront donc a un camp musical pour deux semaines. Notre Aîné perfectionnera son piano tandis que le Cadet découvrira le violon (il souhaite en faire depuis des mois car à l’école, un club de violon proposait des cours cette année). ouf ! 15 jours pour voir si le violon lui plait avant de le mettre à des cours pour l’année.

Ils auront donc tous pleins d’activités en rapport avec la musique, le rythme, la lecture de partition et au bout des deux semaines un spectacle de musique pour les différents corps enseignés(chant, piano, guitare, batterie, violon etc)

L’année prochaine nous essaieront peut être le camp golf pour le grand qui souhaite essayer le golf. Nous avons encore le temps de réfléchir pour les autres styles de camps.

R.

 

School… c’est cool !

 

Le choix de la scolarisation est une étape particulière et personnelle.
Gardez à l’esprit que chaque décision revient à la famille qui immigre et ce choix comportera des avantages et des inconvénients. Tous les enfants sont différents donc il faut essayer de leur donner ce qui est le plus adapté à chacun d’entre eux.

Petit récapitulatif : ici l’école commence à 5 ans et dans la majorité des écoles publiques québécoises la langue d’enseignement est le français. Il existe quelques écoles publiques anglophone mais impossible pour des immigrants qui n’ont pas un des parents anglophones de s’y inscrire. L’enseignement de l’anglais est fait dans les écoles québécoises qui parlent en français, mais il n’est pas rare de voir des québécois qui maitrisent mal l’anglais … le niveau est similaire à certains élèves français à la fin du collège… pas fameux !

Il existe également la possibilité d’inscrire ses enfants dans des établissements privés, là le choix est vaste et le fait d’ouvrir son portefeuille, donne la permission de choisir la langue d’enseignement.
Des établissements privés français dispensent un enseignement avec le programme reconnu par le ministère de l’éducation français. Ces établissements sont relativement bien côtés auprès des québécois ainsi il n’est pas rare de voir des québécois inscrit dans ces écoles.

Pour une meilleure intégration de quartier et pour que les enfants se fassent amis avec les voisins, il est recommandé de les inscrire en public francophone. Logique.
Pour parer à un retour plus facile sur le vieux continent en cas de déconvenues, il sera plus facile de les mettre en écoles privées française pour une meilleure continuité du programme.
Pour mettre la barre au plus haut et pour être sûr de les handicaper dans leur intégration, les écoles privés anglophones seront un réels challenge mais source d’une éducation la plus complète.

Pour notre part, nos deux grands sont très à l’aise à l’école, le premier entre en troisième année (CE2) et le deuxième en première année (CP). Les dossiers scolaires sont bons et voir même excellents. La troisième devait entrer en petite scolaire en France.
Après grandes réflexions, beaucoup de doutes et de revirement de bord, nous avons décidé d’inscrire les enfants dans une école privée trilingue.
Les gros avantages sont qu’ils seront tous les trois au même endroit (l’école propose un préscolaire pour les enfants à partir de 3 ans) et à ces âges ce seront de vrais éponges donc ils sortiront trilingue d’ici quelques mois, quelques années.
Les principaux inconvénients sont le trajet (l’école n’est pas à côté, donc passer de la maison en face de l’école en France à 30 minutes de trajet en voiture, ça va être plus dur les matins) et… le prix ! Bien entendu, scolariser les enfants en école trilingue coûte un bras et comme nous avons trois enfants et deux bras chacun… Nous compterons environ 10 000$ l’année par tête de pipe.
Il existe des écoles privés moins chers évidemment, cela ne reste nos choix de vie, d’éducation et l’envie de trouver le système d’éducation le mieux adapté à nos enfants, à nos vies.
Ne prenez pas nos choix comme argent comptant. Prendre en compte que chaque enfant est différent, que chaque famille est différente.

R.