La tempête du siècle ?

20190120_114556.jpg

Il neige à Paris.
Il neige à Montréal.

L’un s’en sort mieux que l’autre. Cependant, les médias font leur chou gras.
D’un côté du 5-10cm ce n’est pas vu depuis des années  (voir des dizaines d’année), ainsi  il faut avertir que la neige ça glisse et qu’il ne faut pas rouler comme des cons sur la  route.

 

20190120_164940.jpg

De l’autre 30cm de neige à -30°C, ça ne c’est pas vu depuis un siècle : soit il fait froid, soit il neige (à -10°C) mais les deux cumulés, non !

Heureusement que cette tempête de poudre blanche est tombée un dimanche, ça a permis d’éviter l’hécatombe sur la route avec des bouchons à perte de vue.
Cela ne nous a pas empêché  bien entendu d’aller pousser une petite glissade à ski : la neige avait une consistance assez incroyable, nous avions l’impression de skier sur des paillettes de scrapbooking !

Bien entendu le jardin se transforme en trek piste triple  losange noir et faire l’ange procure un réel plaisir.20190120_164143.jpg20190120_170853.jpg

Nous ne vous cacherons pas que nous avons bien rigolé au boulot en lisant les infos en France avec les conseils pour survivre à cette incroyable neige qui tombe en Hiver. Il faut dire qu’à défaut de parler des Gilets Jaunes, les médias français parlent de la météo…
« – Ah ben, il y a plus de saison ! regardez toute cette neige… » 😉

Bon trêve de sarcasmes, ici les déneigeurs travaillent d’arrache-pied et le résultat est très bon. Le lendemain des grosses tempêtes les routes ne ressemblent pas trop à un capharnaüm et deux jours après nous pouvons revoir le bitume des routes.

20190120_191415.jpg
La conduite se pratique normalement, pas besoin de conseils extraordinaires : tu freines pas comme un con, tu colles pas le cul de celui devant et tu vires la neige sur ton toit et tout se passera pour le mieux  !

R.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Vie de Chat

20180513_095542.jpg

Après avoir réussi à passer son premier Hiver à ne pas sortir durant presque 6 mois, à apprendre à utiliser une litière passé l’âge de 12 ans, doublé de volume à cause de l’activité réduite, Mademoiselle a repris du service.

Nuit à la belle étoile, animaux divers et variés ramenés en morceaux à la maison, bagarre de rue avec les autres congénères… la vie de chat est vraiment à double facette ici et cela ne semble pas lui déplaire.

R.

Sans rancune !

Screenshot_20180208-124821.pngScreenshot_20180227-113826.jpgLa France est touchée par un hiver polaire cette année. La neige retombe dans de nombreuses régions françaises après plusieurs années d’abstinence et les médias en font leur chou gras.

Les nouvelles traversent même les océans et arrivent jusqu’aux oreilles des habitants de la Nouvelle-France.

Autant vous dire que nous ne sommes pas épargnés ici et que les 12 cm de neige qui paralysent la région parisienne font écarquiller les yeux des Québécois ! Il faut bien dire que ici, les infos commencent à parler de tempêtes de neige lorsque l’épaisseur dépasse les 20cm. Cette année nous cumulons près de 2 mètres de neige dans la région de Gatineau/Ottawa (2,5m pour la ville de Québec).

Les railleries s’enchainent et nous sommes bien entendu tagué sur chaque vidéo humoristique des réseaux sociaux par nos chers Cousins. C’est de bonne guerre !

R.
Florilège des vidéos

http://ici.radio-canada.ca/infoman/article/2018/03/02/apocalypse-francaise/

http://www.lemonde.fr/big-browser/article/2018/02/08/mais-ils-deneigent-quoi-de-la-poussiere-quand-les-quebecois-nous-raillent_5253878_4832693.html

https://www.francetvinfo.fr/meteo/inondations/neige-les-quebecois-charrient-les-francais-qui-ripostent_2603054.html

« Sauf une fois au chalet »

img_2559

Le titre de ce post est une expression utilisée au Québec depuis plusieurs années. Son origine est très glauque et morbide, du vrai humour noir de « français » comme on aime le dire à la clinique. Cela représente une sorte de dénégation sans réelle conviction… pour comprendre allez voir la vidéo. (la véritable expression devrait être « excepté une fois au chalet » d’ailleurs).

Les jours défilent et le compte à rebours passe sous la barre des dizaines de jours. Au travail, les patients sont avisés (prévenus) de mon départ imminent et de notre retour pour cet été. Mon assistante souhaite faire un party de départ (pas vraiment un départ vu que nous revenons), nous louons donc un chalet dans les Laurentides pour une fin de semaine. Une très bonne fin de semaine avec une dizaine de personnes pour fêter la fin du stage. Merci les Amis pour le déplacement ! Merci les Amis pour ces bons moments !

Une couple d’heure (deux heures) de sommeil plus tard, nous voilà partis pour manger dans une cabane à sucre. Repas à environ 20 dollars, repas à la bonne franquette : oreilles de criss, fèves au lard, omelette, pomme de terre sauté, pancake, le but est de tout manger en l’imbibant de sirop d’érable ! Et pour finir bien entendu, la fameuse tire d’érable.
Un dernier repas à la québécoise, une dernière bouchée pour essayer de garder ce goût du Québec durant ces quelques mois à 6000 kilomètres de là.

R.

img_2573

img_2579img_2588

 

« Alors pas trop froid ? »

Depuis mi-novembre, il neige de temps en temps et les températures passent régulièrement sous les 0 °C. La semaine durant laquelle la famille débarque va annoncer la couleur pour les 15 jours qui suivront.

img_1200

Oui, un bon -30 pour se mettre en jambe.
Alors que tout le monde se rassure, il n’y a pas eu des morts (ou bien les infos n’en ont pas parlé). Sur l’ancien continent lorsque la température atteint les -5, des articles alarmistes sur le nombre de décès du au froid font paniquer la population… ici à -30 les associations et oeuvres caritatives font légions et la solidarité québécoise permet de passer le cap pour les plus démunis.

Une chose est sûre, la vie continue même avec des températures « sympathiques » le matin au réveil ou bien avec une bordée de 20-40cm de neige sur les routes.

Le secret réside dans les habitudes à avoir :
– arrêter de porter le même manteau en automne/hiver/printemps,
– ne pas vouloir sortir avec les dernières chaussures (souliers) à la mode de chez Louboutin ou Santoni,
– se couvrir complètement si on prévoit de sortir plus de 5 minutes dehors (bonnet tuque, gants mitaines, écharpe, semelles isolantes)
– chauffer le moteur 5 minutes avant de partir avec le char.
– toujours avoir une paire de gant de secours dans la portière ou le sac à dos !

Message aux familles et aux amis de l’hexagone qui se font un sang d’encre pour nous : PAS D’ANGOISSE, LA MÉTÉO EST TOTALEMENT VIVABLE, et nous n’avons même pas perdu de doigts !

R.

It’s small world !

Heureux hasard,

Un nouveau stagiaire débarque en décembre au cabinet dentaire : vaste imbroglio administratif, mon maitre de stage a perdu son agreement de maitre de stage et je me vois donc être le dernier stagiaire qu’il encadrera (peut-être de sa carrière !). La porte se  ferme juste derrière moi… un mois de réflexion de plus et bye-bye le stage !

Ce petit nouveau (!) a débarqué à Montréal début novembre, mais finalement rentrera au bercail le temps qu’il obtienne son autorisation de début de stage.
Durant son séjour ici, nous sortons avec quelques personnes du centre dentaire et en fin de soirée, Anthony (oui c’est son petit prénom) me lance

– T’aurais pas un blog ?
– …
– Oui ça doit être toi, tu colles trop avec ce que j’ai lu !

Hahaha, il faut que je retrouve un  de mes rares lecteurs en stage avec moi. Si jamais tu fais un blog Anthony,  ce sera avec plaisir que je mettrai un lien vers ton site 😉