Dispari-fond et inondations

20190411_193848.jpg

20190426_195421.jpg

20190313_084804.jpg

fin avril-début mai

La montée des températures et la fonte de la neige de cet Hiver entraine irrémédiablement une quantité importante d’eau à évacuer. Après les inondations du printemps 2017, Gatineau a vécu deux ans plus tard un nouvel épisode désastreux d’inondations,  dépassant même le niveau historique de 2017. La ville est en alerte durant plus de deux semaines avant d’enregistrer une baisse des niveaux. De nombreuses rues coupées, des ponts fermés, des maisons qui baignent dans  la rivière… l’armée est appelée en renfort dès le début de la montée des eaux. Des sacs de sables s’entassent autour des maisons des quartiers à risque et des habitants commencent même à se promener dans les rues en Kayak pour accéder à leur maison.

20190426_195503.jpgLa police filtre la circulation pour empêcher les badauds de créer des vagues au pied des barrières précaires en sable qui protègent fébrilement les murs des maisons.
Nous irons donner un coup de main à une Amie qui a eu le sous sol inondé en 2017 pour déménager les affaires. Finalement les pompes auront jouées leur rôle et les dégâts seront limités pour elle.

Notre maison étant située en amont d’un barrage hydro-électrique, les responsables joueront la sécurité et ouvriront les vannes avant que la situation soit critique en aval et éviter de surcharger le poids de l’eau sur le barrage. Ainsi pendant que certains ont les pieds dans l’eau en sortant de leur maison,  nous aurons le plus bas niveau de la rivière en bas de notre terrain, le fameux effet des vases communicants.

R.

20190504_123340.jpg

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

 

 

 

 

The Endless Winter

20190410_193827.jpg

mi-avril 2019

« En Avril, ne te découvre pas d’un fil »
Cet adage n’a jamais été aussi vrai qu’au Québec. Quelques jours avec des températures qui repassent au dessus du point de congélation et tout le monde sort les petites vestes de printemps et les lunettes de soleil.

Nous ne sommes pas assez québécois pour oser changer nos pneus d’hiver dès la fin de la date d’obligation (le 15 mars) et nous avons bien fait ! Comme tous les français immigrés, nous gardons nos pneus hiver jusque fin avril et les remontons mi-octobre (alors que l’obligation débute le 15 décembre !). Tant pis, nous préférons user deux fois plus nos pneus d’hiver que de nous retrouver dans le fossé à cause d’un petit 5cm de neige.

Cette année ne fait pas exception et une belle bordée de 15cm est tombée mi avril ! Et Bim ! La neige tiendra juste le temps de mettre un bazar monstre sur les routes (cf les québécois qui ont monté leur pneus été déjà bien usé par les années précédentes).

La mauvaise saison commence, celle où les déchets remontent à la surface et où les pistes de randonnées ne sont pas encore praticables.
Allez ce n’est que l’affaire de quelques semaines, ensuite le beau temps reviendra (le package moustique à volonté est inclus) et nous pourrons aller arpenter les balades dans le parc de la Gatineau. Mais avant il faut que le neige (aka la « marde blanche » selon les locaux) disparaisse.

Bye bye la neige,  à dans 6 mois !

R.

20190410_194324.jpg20190409_092124.jpg

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Relâche part 1/5 : Death Valley

20190228_162517.jpg

fin février 2019

Cette année nous ne nous ferons pas avoir pour la réservation des vacances de la relâche. Les billets d’avion seront pris 11 mois avant.
Un aller/retour pour Las Vegas.

Une boucle de 1600km est programmée et nous atteindrons même les 2200km au total. Nous atterrirons à Las Vegas pour récupérer notre voiture de location (Sienna neuve avec 2 miles au compteur)  et partir directement vers la Vallée de la mort.
Nous gardons l’étape Vegas pour la fin du voyage.

20190227_143920.jpg20190227_143243.jpgBienvenue aux USA ! Des routes toutes droites, des camions à plusieurs remorques.
Nous traverserons 4 États et débuterons notre périple en Californie.

20190302_112522.jpgL’entrée des parc nationaux aux USA coûte 30-35$ par parc (et le billet est valable 7 jours). Bon ! nous étions un peu à l’arrache et n’avons pas pris la carte « America the Beautiful passes », ce qui est une grosse erreur : la carte revient à 80$, donc au troisième parc, ça devient intéressant. Nous en visiterons 5 donc dommage que nous nous soyons pas réveillés dès le premier parc !

 

La Death Valley est un parc à visiter absolument en février : la température avoisine les 25°-28°C donc très agréable, un avant goût de l’été. Les incontournables seront les Dante view point, Mesquite sand bank, Zabriskie view point, Badwater. Nous ferons notre première journée à les relier.

20190228_202044.jpg

Les deux points de vue sont vraiment à couper le souffle (cf les photos). Les dunes de sable de Mesquite sont étonnantes, les enfants s’amuseront à courir dans ce mini-désert de sable. Badwater est une étendue de sel situé à presque 90 mètres sous le niveau de la mer. Nous comprenons mieux pourquoi la Vallée de la mort porte son nom, traverser cette étendue de sol stérile est impossible sans un stock d’eau conséquent.

20190228_194538.jpgNous ferons une marche de 30mn sous le soleil à 28°C et malgré les chapeaux et lunettes de soleil, nous prendrons un bain de soleil bien intense. L’été sous 45°C à l’ombre, la visite est tout bonnement impossible !

Le lendemain nous ferons un crochet par le parc de Ash Meadows National Wildlife  à coté de la Death Valley et visiterons le Red Rock Canyon National Park à côté de Las Vegas.

20190301_190853.jpg

Le premier est un parc intimiste sans touriste. Nous sommes tombés dessus par hasard : notre route passait devant et nous improvisons assez souvent des haltes au grès des humeur.
Le centre d’accueil présente une jolie présentation avec des vidéos explicatives. Nous passerons plusieurs heures dans ce parc à notre grande surprise. Le fait d’être quasiment seuls,  avoir une hôtesse super gentille, les enfants seront très intéressés par les présentation. Ils gagneront même un badge des jeunes rangers pour les inciter à s’investir dans la préservation des parc nationaux. Une pause intemporelle.

20190301_193148.jpgLa suite nous amène à l’ouest de las Vegas, au Red Rock Canyon, et là nous changeons littéralement d’ambiance. Le parc consiste en une boucle de plusieurs dizaines de kilomètres avec des haltes-randonnées ou points de vue. Beaucoup de touristes et des règles strictes de bonne conduite dans les balades. La course aux plus beaux clichés Instagram fait rage et il fait discipliner les candidats au concours.
Le plus beau défi est de prendre des photos sans personnes dessus. Challenge accepted !

Reprenons la route, faisons un halte avant notre prochaine étape, le fameux Grand Canyon

R.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

La tempête du siècle ? Acte II

20190213_085207.jpg

Mi-février 2019

20190216_170719.jpgQuelques semaines après les 30cm à -30°C, une nouvelle tempête s’annonce… mais cette fois-ci ce sera le mardi soir qu’elle tombera. Ils annoncent 40cm, nous aurons près de 50cm dans notre jardin.
Par précaution toutes les écoles seront fermées, les entreprises pousseront les employés à faire du télétravail (pas facile pour les dentistes !), le pays tournera au ralenti. Heureusement que je ne travaille pas ce mercredi, ainsi ce sera une journée de congés au milieu de la semaine avec les Enfants.
Le planning des journées scolaires comprennent des journée pédagogiques « flottantes » qui peuvent être remises en journée de classe en fonction des fermetures causées par la météo.

Nous aurons donc une belle bordée de neige fraiche et nous en profiterons pour aller skier, comme d’habitude 🙂
La poudreuse est superbe, un vrai plaisir de glisse.
La vie continue, un peu plus lent que l’accoutumé, mais ça va l’état d’urgence n’est pas déclaré !

R.

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Omega, bis repetita

20190204_150948.jpg

début février

Nous irons nous promener dans le parc Omega, un lundi pédagogique. Les journées de congés de écoles dépendent de la commission scolaire à laquelle elles appartiennent. Les Enfants étant dans une école privée, ces jours ne correspondent pas forcément aux écoles voisines.
Ainsi nous arriverons pas longtemps après l’ouverture et serons quasiment seuls sur le safari. Surtout que la météo des média annonçait une pluie verglaçante, la météo aviation non, une fois de plus les avions auront raison. Ainsi le parc nous fera presque une visite privée.
À tel point que les wapitis vont nous courir après durant plusieurs centaines de mètres afin de demander du rab à la distribution de carottes en nous barrant la route !

Nous ferons la visite 2 semaines trop tard pour pouvoir admirer la nonchalance des ours noirs. Tant pis, une autre fois peut être !

Des bons moments et une voiture pleine de bave plus tard, nous voilà sur le retour.

R.

Ce diaporama nécessite JavaScript.