Tout feu tout flamme

20191007_1846333963280004945694632.jpg

19 Octobre 2019

Place aux teintes oranges et rouges. Au Québec, à chaque saison son nuancier de couleurs. L’Automne, probablement ma préférée.

20191015_100337540248304592429739.jpgLa Rentrée 2019 sera sous le signe de la routine. Nous sommes rodés pour cette troisième rentrée scolaire québécoise, les Enfants ont leurs repères et nous connaissons notre rythme comme sur du papier à musique.
Les activités parascolaires reprennent et trouvent leur place dans notre agenda de ministre. Pas de difficultés particulières d’organisation à relever. Tout roule plutôt bien.

20191010_1022203849851061384809689.jpgNous avons fait le renouvellement des passeports des Enfants. En effet les mineurs ont des passeports  qui périment tous les cinq ans et comme nous projetons des voyages en Amériques du Sud pour bientôt, les passeports doivent être valides 6 mois après l’arrivée sur le lieu de vacances. Prise de rendez-vous via le site de l’ambassade de France, préparation en amont de tous les documents et des cerfas, présence obligatoire des enfants. Rien de bien compliqué, l’organisation reste à « la française ». 3 semaines plus tard, les documents attendent gentiment à l’Ambassade que nous venions les récupérer.

20191010_1010174720572532906969611.jpg

20191011_1528505562167154171054866.jpgAprès trois ans de silence radio, qu’elle ne fût pas ma surprise de recevoir un courrier de la RAMQ pour m’annoncer que j’avais  été extrait de la liste d’attente pour l’attribution d’un médecin de famille ! Oouuuouh ! Cris de joies, après appel, nous avons confirmation que la clinique accepte de prendre toute la famille et non pas que moi (car la demande avait été faite à mon arrivée, lorsque j’étais seul inscrit à la RAMQ).
La prise du premier RDV ensuite reste aussi un parcours du combattant et ressemble à la réservation des places de concerts de U2.

20191010_1012383650630305473527549.jpgLes places sont ouvertes au fur et à mesure et il faut appeler à l’ouverture pour réussir à attraper la ligne et prendre RDV à un créneau qui nous convient (un vendredi pédagogique, cad congés pour les enfants) Après moultes tentatives  et 61 appels dans le vent, nous réussissons à attraper des rendez-vous pour toutes la famille en deux vagues. Nous testerons en premier avant d’y envoyer les Enfants. En Outaouais, l’accès au soin est un des pires du Québec d’après les dires, à tel point que certaines connaissances ont conservé leur médecin de famille à Montréal ou Québec.

20191015_1507303279236135966766172.jpg

Les Enfants ont déjà leurs costumes d’Halloween prêts depuis plus d’un mois ! Dès que les affiches oranges commencent à fleurir sur les façades des magasins spécialisés, ils demandent quotidiennement « quand est ce que l’on va regarder les costumes ? ». 20191014_1240394993300565159937465.jpg
L’envie d’avoir le costume le plus horrible ou le plus joli (en fonction des demandes). Cette année, nous irons avec en famille avec des copains de l’écoles dans leur quartier. Le taux d’excitation risque d’être très élevé.

Pour l’Action de Grâce cette année, nous irons faire un tour en Estrie pour aller voir nos Amis Sherbrookois. Nos Enfants perdent leurs cerveaux instantanément dès qu’ils se voient donc ils retourneront littéralement la maison.
De belles promenades au Mont Orford et au lac des Nations, des mésaventures à mettre dans notre boîte à souvenirs.
Merci à A. et D. pour votre accueil !

20191013_1552567450931912934906620.jpg

20190930_0714385430788882773270845.jpg

Petit clin d’oeil : le meilleur point de rendez-vous des Français à Ottawa est devenu un magasin de sport bien connu de l’autre côté de l’océan. Nous y avons été le matin dimanche suivant l’ouverture et nous ne croisions quasiment que des français ! Cocorico !

R.

Visite sporadique

20190628_191439776913926949382708.jpg

Lundi 09 septembre 2019

Voilà plus de deux mois que ça ne bouge pas beaucoup ici. Les vacances ont fait du bien, le retour fut difficile pour les organismes et la rentrée se déroule tranquillement.

20190620_0920166586514158222398135.jpg

La vie virtuelle est une aventure mais attention à ce qu’elle ne prenne pas le pas sur la vie analogique. Des choses amplement plus importantes se déroulent devant nos yeux et non à travers l’écran du téléphone ou de l’ordinateur.

Après un rythme effréné dans les publications des billets de ce Blog, l’obtention de la résidence permanente a sonné le glas de la course « aux vues ». Il y a beaucoup de choses à dire encore sur notre vie ici, des mésaventures, des conseils à faire circuler, mais je ne veux pas que cela devienne une contrainte. Ainsi les billets se feront à un nouveau rythme, quelques photos ça et là, au grès de nos humeurs. Prenons le temps de vivre.

Durant ces derniers mois nous avons eu des visites, des balades, des voyages, des concerts, des fêtes, des rencontres (notamment avec notre premier ours au parc de la Gatineau), des sorties, des déconvenues. Notre Vie, quoi ! Place aux clichés.

R.

PS : lors de notre voyage nous avons pu avoir le plaisir d’utiliser notre carte de résident permanent pour la première fois à l’arrivée à l’aéroport de Montréal… petite satisfaction que seuls les immigrants peuvent comprendre.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Dispari-fond et inondations

20190411_193848.jpg

20190426_195421.jpg

20190313_084804.jpg

fin avril-début mai

La montée des températures et la fonte de la neige de cet Hiver entraine irrémédiablement une quantité importante d’eau à évacuer. Après les inondations du printemps 2017, Gatineau a vécu deux ans plus tard un nouvel épisode désastreux d’inondations,  dépassant même le niveau historique de 2017. La ville est en alerte durant plus de deux semaines avant d’enregistrer une baisse des niveaux. De nombreuses rues coupées, des ponts fermés, des maisons qui baignent dans  la rivière… l’armée est appelée en renfort dès le début de la montée des eaux. Des sacs de sables s’entassent autour des maisons des quartiers à risque et des habitants commencent même à se promener dans les rues en Kayak pour accéder à leur maison.

20190426_195503.jpgLa police filtre la circulation pour empêcher les badauds de créer des vagues au pied des barrières précaires en sable qui protègent fébrilement les murs des maisons.
Nous irons donner un coup de main à une Amie qui a eu le sous sol inondé en 2017 pour déménager les affaires. Finalement les pompes auront jouées leur rôle et les dégâts seront limités pour elle.

Notre maison étant située en amont d’un barrage hydro-électrique, les responsables joueront la sécurité et ouvriront les vannes avant que la situation soit critique en aval et éviter de surcharger le poids de l’eau sur le barrage. Ainsi pendant que certains ont les pieds dans l’eau en sortant de leur maison,  nous aurons le plus bas niveau de la rivière en bas de notre terrain, le fameux effet des vases communicants.

R.

20190504_123340.jpg

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

 

 

 

 

The Endless Winter

20190410_193827.jpg

mi-avril 2019

« En Avril, ne te découvre pas d’un fil »
Cet adage n’a jamais été aussi vrai qu’au Québec. Quelques jours avec des températures qui repassent au dessus du point de congélation et tout le monde sort les petites vestes de printemps et les lunettes de soleil.

Nous ne sommes pas assez québécois pour oser changer nos pneus d’hiver dès la fin de la date d’obligation (le 15 mars) et nous avons bien fait ! Comme tous les français immigrés, nous gardons nos pneus hiver jusque fin avril et les remontons mi-octobre (alors que l’obligation débute le 15 décembre !). Tant pis, nous préférons user deux fois plus nos pneus d’hiver que de nous retrouver dans le fossé à cause d’un petit 5cm de neige.

Cette année ne fait pas exception et une belle bordée de 15cm est tombée mi avril ! Et Bim ! La neige tiendra juste le temps de mettre un bazar monstre sur les routes (cf les québécois qui ont monté leur pneus été déjà bien usé par les années précédentes).

La mauvaise saison commence, celle où les déchets remontent à la surface et où les pistes de randonnées ne sont pas encore praticables.
Allez ce n’est que l’affaire de quelques semaines, ensuite le beau temps reviendra (le package moustique à volonté est inclus) et nous pourrons aller arpenter les balades dans le parc de la Gatineau. Mais avant il faut que le neige (aka la « marde blanche » selon les locaux) disparaisse.

Bye bye la neige,  à dans 6 mois !

R.

20190410_194324.jpg20190409_092124.jpg

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Relâche part 1/5 : Death Valley

20190228_162517.jpg

fin février 2019

Cette année nous ne nous ferons pas avoir pour la réservation des vacances de la relâche. Les billets d’avion seront pris 11 mois avant.
Un aller/retour pour Las Vegas.

Une boucle de 1600km est programmée et nous atteindrons même les 2200km au total. Nous atterrirons à Las Vegas pour récupérer notre voiture de location (Sienna neuve avec 2 miles au compteur)  et partir directement vers la Vallée de la mort.
Nous gardons l’étape Vegas pour la fin du voyage.

20190227_143920.jpg20190227_143243.jpgBienvenue aux USA ! Des routes toutes droites, des camions à plusieurs remorques.
Nous traverserons 4 États et débuterons notre périple en Californie.

20190302_112522.jpgL’entrée des parc nationaux aux USA coûte 30-35$ par parc (et le billet est valable 7 jours). Bon ! nous étions un peu à l’arrache et n’avons pas pris la carte « America the Beautiful passes », ce qui est une grosse erreur : la carte revient à 80$, donc au troisième parc, ça devient intéressant. Nous en visiterons 5 donc dommage que nous nous soyons pas réveillés dès le premier parc !

 

La Death Valley est un parc à visiter absolument en février : la température avoisine les 25°-28°C donc très agréable, un avant goût de l’été. Les incontournables seront les Dante view point, Mesquite sand bank, Zabriskie view point, Badwater. Nous ferons notre première journée à les relier.

20190228_202044.jpg

Les deux points de vue sont vraiment à couper le souffle (cf les photos). Les dunes de sable de Mesquite sont étonnantes, les enfants s’amuseront à courir dans ce mini-désert de sable. Badwater est une étendue de sel situé à presque 90 mètres sous le niveau de la mer. Nous comprenons mieux pourquoi la Vallée de la mort porte son nom, traverser cette étendue de sol stérile est impossible sans un stock d’eau conséquent.

20190228_194538.jpgNous ferons une marche de 30mn sous le soleil à 28°C et malgré les chapeaux et lunettes de soleil, nous prendrons un bain de soleil bien intense. L’été sous 45°C à l’ombre, la visite est tout bonnement impossible !

Le lendemain nous ferons un crochet par le parc de Ash Meadows National Wildlife  à coté de la Death Valley et visiterons le Red Rock Canyon National Park à côté de Las Vegas.

20190301_190853.jpg

Le premier est un parc intimiste sans touriste. Nous sommes tombés dessus par hasard : notre route passait devant et nous improvisons assez souvent des haltes au grès des humeur.
Le centre d’accueil présente une jolie présentation avec des vidéos explicatives. Nous passerons plusieurs heures dans ce parc à notre grande surprise. Le fait d’être quasiment seuls,  avoir une hôtesse super gentille, les enfants seront très intéressés par les présentation. Ils gagneront même un badge des jeunes rangers pour les inciter à s’investir dans la préservation des parc nationaux. Une pause intemporelle.

20190301_193148.jpgLa suite nous amène à l’ouest de las Vegas, au Red Rock Canyon, et là nous changeons littéralement d’ambiance. Le parc consiste en une boucle de plusieurs dizaines de kilomètres avec des haltes-randonnées ou points de vue. Beaucoup de touristes et des règles strictes de bonne conduite dans les balades. La course aux plus beaux clichés Instagram fait rage et il fait discipliner les candidats au concours.
Le plus beau défi est de prendre des photos sans personnes dessus. Challenge accepted !

Reprenons la route, faisons un halte avant notre prochaine étape, le fameux Grand Canyon

R.

Ce diaporama nécessite JavaScript.