Vis l’Hiver, ne le subis pas !

20180202_173728.jpg

Avec des tempêtes bi-hebdomadaires, des pluies verglaçantes et le yoyo des températures, l’Hiver n’est pas la période la plus facile à vivre au Québec. Et elle dure quasiment la moitié de l’année donc pour ne pas déprimer 6 mois par an, il faut prendre le taureau par les cornes et sortir !

Trouvons des activités qui plaisent à tous ! Habitant à moins de 10 minutes des pistes de ski alpin, la première activité ne fut pas difficile à définir. En prenant des forfaits en début de saison, nous avons accès aux pistes du lundi au vendredi de l’ouverture à la fermeture (22h) et à tous les soirs des week-end (à partir de 15h). Le forfait est de 159$ pour toute la saison et pour la cadette (-de 6 ans) son forfait nous a coûté 65$ pour un accès 7/7 sans restriction.
Le matériel de ski a été acheté d’occasion  (170$ pour le package complet pour les enfants et 250$ pour les adultes). Donc après les dépenses de démarrage, finalement nous skions à volonté la semaine et le soir les week-end. Lorsque le planning de devoir n’est pas trop chargé, un crochet à la station de 45 minutes permet de skier sur des pistes quasiment vides.

IMG-20180128-WA0002-1.jpgLes enfants n’avaient jamais chaussé de ski auparavant mais la courbe de progression à cet âge est hallucinante. Il n’aura fallu que 3 séances d’une heure sur la piste  d’apprentissage (avec tapis magique) pour que les Garçons apprennent à descendre « tout Schuss » et à s’arrêter lorsqu’ils sont lancés en pleine vitesse.
La Benjamine descend entre les jambes pour l’instant mais ne se tient plus et descend les bras levés en chantant « Assassin de la police » de NTM… tout un programme.

Prochaine étape, la descente en harnais et avec un élastique pour tenir l’avant des skis en position chasse neige.

20180202_173511.jpg

Sinon une activité accessible et gratuite est le patinage. Patinage de détente, artistique ou hockey, n’importe lequel qui se pratique sur la glace.
Toutes les villes donnent accès à des patinoires gratuites avec des plages horaires qui varient de 7h à 22h.
La courtoisie et le respect des infrastructures sont des valeurs clefs qui permettent le bon fonctionnement et le maintien de la gratuité des patinoires.
Certaines sont équipées de toilettes, de chalets chauffés pour chausser ses patins, de buts de hockey et de pelles pour déneiger la glace si la ville n’a pas encore nettoyer après une bordée de neige.20180131_095829.jpg
Il y a la possibilité à Ottawa d’aller patiner sur le canal Rideau, mais la glace est moins lisse ce qui rend l’apprentissage plus difficile. Nous avons acheté des stabilisateurs pour les Enfants, car ça reste un sport à part entière de retenir 3 Enfants qui ne savent pas tenir debout sur la glace !

Vivre avec l’Hiver c’est beau dans les paroles, mais l’appliquer reste pour certains trop aventureux.

Pendant que nous sortons pour vivre avec l’Hiver, certains n’ont pas sortis le bout de la truffe depuis des mois…une vraie vie de Chat.

R.

20180130_094320.jpg

20180129_172009.jpg

 

Back in time

Plus d’un mois que nous n’avons pas publié de billet. La vie tourne à cent mille à l’heure et avoir à gérer nos double-vies de chaque côté de l’océan nous a pris énormément d’énergie.

La maison en France est vendue, nos cabinets dentaires sont vendus, plus rien ne nous appartient en France. Juste des souvenirs et nos familles/amis.

Changer de rythme, changer de repère, changer des habitudes, sortir de la zone de confort, changer tout simplement de quotidien reste un défi de tous les jours.

20171221_071617.jpg

Les enfants ont eu leur quinze jours de vacances après avoir fait un démarrage dans un nouveau système scolaire de presque 4 mois sans pause. Étrangement, ils tiennent bien la cadence et ne semblaient pas sur les rotules arrivés dans les dernières semaines de classe. Les tranches horaires sont spéciales car ils suivent un enseignement trilingue et ont donc des heures supplémentaires par rapport au programme régulier. École de 8h30 à 16h00 pendant 5 jours, avec en plus des clubs en fin de journée ou sur la pause de midi pour combler un maximum leur retard dans les langues.

20171215_164353.jpgAu bout de 4 mois, le Grand qui est en 3ème année (CE2) rattrape son retard en espagnol à l’oral et à l’écrit (vs ses camarades qui en font depuis au moins 3 ans). Les débuts en anglais sont plus difficiles, nous ne pratiquons absolument pas l’anglais à la maison ainsi à l’oral il est un peu timide mais commence à comprendre la totalité de ce qu’il lui est dit.
Le Second se balade et est à l’aise dans toutes les matières, il est vrai qu’il a des facilités d’apprentissage et qu’il commence sans retard par rapport à ses camarades.
La Benjamine en préscolaire 3 ans parle un peu espagnol et anglais. De vrais éponges à cet âge. Le plus drôle est de les entendre parler espagnol entre eux lorsqu’ils jouent ensemble à la maison.
Les trois ont leurs bandes d’Amis, il ne leur aura fallu que quelques semaines pour se faire leur nid. Les Enfants restent un des meilleurs boosts d’intégration sociale.

20171213_095634.jpg

 

20171216_101100.jpg

La Neige s’est invitée en belle quantité à la mi-décembre pour le plus grand bonheur des Enfants (et le plus grand malheur de notre Minette !). Ils passent leur récréation à se construire des fort de neige dans la cour d’école. Ils ont bien intégré le fait de mettre les couches successives et tous les accessoires  afin de couvrir le moindre centimètre carré de leur peau. Jouer dehors reste possible mais rien ne doit être laissé au hasard des courants d’air.

La vie de tous les jours restent rythmée par le travail et les Enfants. Qu’il neige ou pas, les trajets en voiture, les courses, les devoirs, rien ne s’arrête à cause d’une petite bordée de 25cm de neige. Il faut avouer que d’avoir des places de garage et des démarreurs à distance permet de mieux vivre l’Hiver. Après la conduite sur Neige s’apprend : ne pas piler comme un con, le regard loin devant et pas de virages brusques, ça devrait bien se passer.

Screenshot_20171227-135517.pngDurant la fin décembre il y a eu des températures glaciales durant plusieurs jours. Un froid qui touche tout l’Est du continent américain, les infos en parlent de Québec à la France en passant par New-York. Cela impressionne beaucoup de voir -35°C ou -42°C sur les thermomètres mais en toute sincérité cela reste vivable, le tout est d’être couvert en conséquence en cas de balade prolongée en extérieur. -15°C ou -35°C c’est kif-kif, tu gèles sur place si tu n’as pas tes mitaines (gants) et ta tuque (bonnet).

Les maisons, les supermarchés, les voitures, tout est chauffé à 24°C donc il est possible de passer la journée au chaud en traversant la barrière des températures négatives que quelques secondes tout au plus.

 

 

Pour les fêtes de fin d’année, nous avons entamé un aller/retour éclair en France. Ce voyage n’était pas prévu initialement dans le programme mais la maladie de mon Papa nous à pousser à casser la cagnotte, afin de ne pas regretter, au cas où.

20171229_205339.jpg

C’est parti pour un périple de 9 jours, avec plus de 1200km à faire et une moyenne de 3 heures pour chaque personne que nous croiserons sur le vieux Continent. Bien entendu, nous passerons plus de temps avec nos Parents. Cela restera un marathon et des vacances épuisantes. Durant tout notre voyage nous aurons la brillante idée de presque rester à l’heure québécoise, ainsi les Enfants seront couchés entre minuit et une heure du matin, ils profiteront des fêtes au maximum et encaisseront moins le décalage horaire du retour. Le temps file et ne fait pas de pause, il faut rentrer. Bye-bye la France.
Un bon coup de Blues au retour, surtout pour la Patronne. Pas facile de laisser les proches qui grandissent et qui vieillissent de leur côté.

20180107_095627.jpg

À notre retour, plus de 70cm de poudreuse nous attend dans le jardin. Cela devient une réelle expédition polaire pour aller en bas du jardin au bord de la rivière et remonter à la maison. La luge est de sortie et nous entamons le début de la création de la piste de glissade de la mort.
Nous inviterons nos voisins digne de Desperate Housewives à venir partager la galette des rois pour l’Épiphanie, une tradition peu connue ici. Un franc succès. Une agréable après-midi avec des personnes bienveillantes.
Les vacances se terminent doucement, 2018 nous voilà !

R.

20180106_164001.jpg

Première neige

20171119_073644

Un tout petit plus de une semaine après le dernier post et voici qu’elle s’invite dans nos vies. Les Enfants l’attendaient avec impatience et finalement elle combla leur attente !

Dimanche matin, nous nous réveillons avec un tapis de velours blanc qui recouvre tout le paysage. Ambiance feutré d’un boudoir de la fin du XIXéme, seuls les cris et les rires des Enfants viennent égayer ce paysage figé dans le temps.
Premier hiver à la mode québécoise pour la Patronne, elle aura de la poudreuse comme cadeau d’anniversaire, la Nature semble lui souhaiter la bienvenue.

Elle ne durera pas très longtemps car un redoux arrive quelques jours plus tard. Un amuse-bouche pour cet hiver que tous les météorologues paraissent désigner comme un hiver à neige comme il en existe que tout les 10 ans.

À voir si les prévisions seront justes, en tout cas pour l’instant tant que nous n’entamerons pas le troisième hiver, nous les « Maudits Français », nous nous réjouissons à chaque flocon qui tombe.

R.

20171119_100527

4 jours sous le soleil de Gatineau

    IMG_4204

Aller-retour express à Gatineau : Check.

FullSizeRender

4 jours pour visiter 7 maisons à louer, 2 cliniques dentaires et des soupers avec pleins de québécois (et français aussi) c’est très court mais ça passe à l’aise 😜

J’ai eu le plaisir d’être prise à la clinique médico-dentaire de Gatineau. Un poste à temps plein m’attend dès validation de mon dossier de stagiaire. 

Pour bien être dans le bain, on peut compter sur une bordée de neige… et  oui même le 1er avril on a de la neige à Gatineau ! Du coup la visite de notre futur chez nous s’est faite sous la neige.

IMG_4228

Un grand merci à toute l’équipe de la Clinique Médico-dentaire de la Gatineau pour votre excellent accueil, j’ai hâte de commencer. 

G.

IMG_2917

« Sauf une fois au chalet »

img_2559

Le titre de ce post est une expression utilisée au Québec depuis plusieurs années. Son origine est très glauque et morbide, du vrai humour noir de « français » comme on aime le dire à la clinique. Cela représente une sorte de dénégation sans réelle conviction… pour comprendre allez voir la vidéo. (la véritable expression devrait être « excepté une fois au chalet » d’ailleurs).

Les jours défilent et le compte à rebours passe sous la barre des dizaines de jours. Au travail, les patients sont avisés (prévenus) de mon départ imminent et de notre retour pour cet été. Mon assistante souhaite faire un party de départ (pas vraiment un départ vu que nous revenons), nous louons donc un chalet dans les Laurentides pour une fin de semaine. Une très bonne fin de semaine avec une dizaine de personnes pour fêter la fin du stage. Merci les Amis pour le déplacement ! Merci les Amis pour ces bons moments !

Une couple d’heure (deux heures) de sommeil plus tard, nous voilà partis pour manger dans une cabane à sucre. Repas à environ 20 dollars, repas à la bonne franquette : oreilles de criss, fèves au lard, omelette, pomme de terre sauté, pancake, le but est de tout manger en l’imbibant de sirop d’érable ! Et pour finir bien entendu, la fameuse tire d’érable.
Un dernier repas à la québécoise, une dernière bouchée pour essayer de garder ce goût du Québec durant ces quelques mois à 6000 kilomètres de là.

R.

img_2573

img_2579img_2588

 

Une nuit à Toronto…

Il y a quinze jour, j’ai fait un aller/retour à Toronto. À 4h30 d’Ottawa en voiture, il aurait dommage de ne pas aller y faire un tour.
L’aller fut simple et effectué d’une traite : un arrêt tout de même pour remettre du lave vitre… souvenez vous : toujours avoir 2 bidons de secours dans la valise (le coffre).

Petit passage éclair et dîner (déjeuner) chez la MonstroFamily. Un merci particulier à l’Asticot pour sa pile de dessin que je donnerai à mes enfants lors de mon retour en France. C’est cela aussi l’immigration, faire de nouvelles rencontres par la biais des forums numériques et se retrouver en analogique dès que nous le pouvons pour partager et discuter.

Ensuite j’ai filé à mon hôtel au centre de Toronto. Une balade dans la ville plus tard et me voilà dans une petite salle de concert, pour écouter des groupes que je ne connais absolument pas : ça c’est mon petit plaisir. Toronto fourmille, grouille, ronronne. Un mini New-York à taille plus humaine.

img_2331-1img_2350-2

Le lendemain matin, pleins de choses à faire dont la fameuse visite de la CN Tower, emblème de la ville. Sauf que c’était sans compter sur l’une des probables dernières tempêtes de neige de l’hiver. La tour avait la tête complètement dans les nuages, donc impossible de profiter du panorama qu’elle offre. Pas grave, cela donnera une occasion de revenir.

La tempête gronde et les rues sont vides, retour donc au bercail, sauf qu’avec presque 40cm qui tombe dans la journée, les routes sont envahies par les deneigeuses et les saleuses. Mon GPS a la brillante idée de me faire sortir de l’autoroute pour passer par des chemins de traverses. Admirez le paysage, tout en restant vigilant envers les sorties de routes, toute une aventure.  Le retour se fera sans encombre, juste avec 3 heures de retard.

R.