Expédition Étape Finale : Entretien

20180709_103429.jpg

Début Juillet 2018

Ainsi lundi matin, je suis déposé 30 minutes en avance devant le pavillon Odonto de l’université Laval à Québec.

La secrétaire qui accueille les candidats est très sympathique et nous papotons un peu en attendant la fin de l’autre entretien. Les candidats ne se croisent pas et il est impossible de savoir combien de personnes seront vues ni combien de dossiers ont été reçu.

L’entretien dure une quarantaine de minutes avec des questions très bateaux. Plus des questions de mise en situation pour connaitre le caractère des candidats qu’une évaluation de connaissance. Je réponds aux questions le plus sincèrement possible car si ils doivent choisir sur le caractère des personnes, il serait contre productif de répondre en se faisant passer pour quelqu’un d’autre.

Fin de l’entrevue, visite des locaux du pôle endodontie (qui permet de ne pas croiser le candidat qui est invité à rentrer dans la salle d’entretien) et puis voilà. Les dés sont jetés.
L’avenir d’une famille dépend de ces 40 petites minutes. Heureusement la prise de décision est rapide et le jury délibère en une semaine.

Le verdict tombe, 2ème sur liste d’attente. Il est peu probable que 2 personnes devant moi se désistent et c’est une place plus qu’honorable pour un gars sorti de nul part et diplômé à 6500km de là. Le manque de réseau a dû me faire légèrement défaut mais aujourd’hui une question nous taraude, dois-je tenter une seconde fois ? Toutes les chances sont de mon côté après cette première tentative plus qu’encourageante. Difficile de se décider car nous avons envie tout de même d’arrêter de mettre nos vies entre parenthèse. Nous nous laisserons l’année pour nous décider, vivons au jour le jour. Ne  faisons pas de plan sur la comète.

R.

20180709_103425.jpg

Expédition Étape 1 – Montréal

20180708_131317.jpg

début juillet 2018

Deux semaines plus tôt, une convocation arrive dans la boite mail « …vous êtes convoqués à l’entretien oral dans le cadre de votre candidature de la spécialisation en endodontie… »

Oui, un dossier avait été envoyé au printemps pour tenter le truc. L’endo c’est mon dada ! Alors pourquoi ne pas en faire carrière ?
Le dossier est assez simple, copies de diplômes, lettre de motivation, lettres de recommandation, etc etc. Rien d’incroyable lorsque l’on a déjà fait un dossier d’immigration canadienne. Ahahah !

Le truc sympa est que sur le site ils disent que l’oral sera prévu pour septembre, sauf qu’en fait ils te convoquent début juillet, un lundi matin. Sigh ! 15 jours pour s’organiser un week-end express à Québec.
Oups ! Mes Parents seront de la partie car eux ont prévu de venir depuis des mois à ces dates là.

Ainsi nous organisons une première étape le samedi à Montréal : cela permet de faire visiter la ville à mes Parents et de faire un trajet court de 2h30 pour mon Papa qui a du mal à supporter les longs trajets.

Nous ferons donc une halte au Vieux-Port de Montréal, le fameux centre des sciences de Montréal et un crochet au Belvédère du Mont-Royal. Des vrais touristes quoi !

R.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

« J’envoie valser … »

20180906_211049.jpg

« Moi je m’en moque,
J’envoie valser les trucs en toc
Les cages dorées … »

début septembre 2018

Une fois n’est pas coutume j’ai pris du retard sur les articles, pas moins de 20 billets dans les brouillons ne demandent qu’à être rédiger et mise en page.
Une entorse dans la chronologie sera faite pour expliquer les futures parutions, un résumé en quelques lignes pour mettre l’eau à la bouche 😉

De nombreux rebondissements professionnels ont eu lieu ces derniers mois et avec tous les remous, mieux a valu attendre que ça se calme pour expliquer clairement les choses.

La Patronne pas de changement, la clinique fonctionne bien et l’organisation est belle, donc cela permet une fois le rythme et le tempo acquis de rouler sans trop de difficultés (enfin mis à part le choc des cultures France/Québec en dentisterie, un prochain billet pour tout expliquer pour les dentistes)

Pour ma part j’ai posé ma démission en juin.

Problème de compréhension, tensions suite à l’annonce des départs des deux autres frenchies de la clinique, refus de négociation ont amené que l’on m’a proposé de signer un contrat qui ne me convenait pas ou bien de partir.
La suite coule de bon sens.

Je suspecte que cette tentative de hold-up de la part de mes employeurs était motivée par le fait qu’il savait que j’avais un permis de travail fermé avec eux et que nous n’avions pas encore fait la prolongation, ils ont donc tenté le coup  de bluff du « rentre-en-France-si-ça-te-plait-pas-ici », sauf qu’au jeu des échecs ils faut toujours voir trois coups à l’avance. Ainsi lors des débuts de pseudo-discussions stériles et sentant le vent tourner, nous avons fait une demande de permis de travail pour la Patronne : 2 mois et demi après la demande nous nous retrouvons avec de nouveaux permis temporaires, fermé pour la Patronne et ouvert pour moi ! Youpi, je peux aller travailler où bon me semble (sauf dans l’industrie du sexe… c’est écrit noir sur blanc sur mon permis !)

Aujourd’hui, je passe (beaucoup !) d’entretiens d’embauche et effectue des journées d’essai afin de trouver une belle clinique qui proposera de belles conditions. Je ne suis pas pressé de trouver, je veux quelque chose de beau ! Les propositions se succèdent et je me rends compte qu’avec de l’expérience et une personnalité facile, cela ouvre les portes des cliniques qui montent les enchères afin de proposer mieux que le voisin. Attendons que les gestionnaires s’écharpent, j’irai voir la meilleure offre !

Entre temps cet été j’ai également fait un dossier pour la spécialisation à Québec en endodontie. Qui ne tente rien n’a rien !
La spécialisation implique la reprise des études (3 ans) et un déménagement à Québec. Ainsi je serais convoqué à l’oral pour l’entretien et me retrouverais 2ème sur liste d’attente (avec seulement 2 places par promotion). Donc je ne serais probablement pas pris pour la promotion septembre 2019, mais pourquoi pas retenter l’année prochaine… en tout cas trois billet sortiront sur le périple Gatineau-Université de Laval à Québec.

Bien entendu les prochains articles parleront aussi de nos week-ends et des belles visites que nous avons eu durant l’été. Puis de nos vacances en Alberta, dans les Rocheuses Canadiennes. Que du beau pour vous faire rêver 😉

Allez, on se prépare pour les prochaines jours à avoir tous ces compte-rendus  🙂

R.

20180906_194657.jpg

Congrès dentaire de Montréal

20180526_174547.jpg

Vendredi 25 Mai 

L’Ordre des Dentistes du Québec (ODQ) a mis en place une politique très rigoureuse sur la formation continue. 90 points de formation à effectuer en trois ans avec au minimum de 30 points annuels, déclaration lors du règlement de la cotisation de pour l’année à l’ODQ à l’appui.

Ils viennent de resserrer la vis afin de ne certifier que les formations que l’Ordre jugent rigoureuses et pertinentes (sauf qu’il semble exister un léger conflit d’intérêt lorsque l’on sait que l’ODQ organise l’équivalent du congrès de l’ADF tous les ans à Montréal, enfin bref, passons)

Ainsi cette année nous nous sommes inscrits pour la première fois au congrès des JDIQ. Un congrès qui permet de mettre à jour ses données scientifiques et ses connaissances en geste de premier secours (obligatoire tous les deux ans). Pleins de conférences, de formations, de TP de tous genres, pour tous les goûts, dans les deux langues officielles du Canada.

Nous opterons avec la Patronne et les deux Frenchies du boulot à aller à une formation « mise à jour complète sur l’endodontie ». Miam ! Trois jours complets à apprendre que nous réalisons correctement nos endos et à apprendre que nos dossiers cliniques doivent être améliorés sur certains points. La moyenne d’âge des congressistes frôle la trentaine à tout casser et nous faisons partie des « vieux » de la salle … l’endo ici mène la vie dure aux jeunes gradués (diplômés) apparement.

L’ambiance est studieuse et peu d’échanges s’opèrent entre les tables. Les intervenants sont très sympas et certains ont un pouvoir inné de capter l’auditorium.
Trois jours pleins à 10heures de cours/TP par jour, ça reste intense.

Ouf ! Nos points de 2018 ont été amassés !

R.

20180526_151421.jpg

Repose en paix, système de santé français

 

Capture d_écran 2018-02-21 à 10.23.12

 

Aujourd’hui nous te pleurons pauvre France. Enlisée dans tes acquis, impossible à réformer tant les changements proposés tirent vers le bas ton mode de fonctionnement. Basé sur des textes d’après-guerre, milles feuilles d’ordonnances et de modifications, la Sécurité Sociale n’a guère plus l’éclat de ses belles années.

La Cinquième République arrive à bout de souffle et les « Dirigeants » ne le savent que trop bien. Il ne leur reste plus qu’à diviser pour essayer de faire prolonger ce Chant du Cygne qui n’a que trop duré. Les Cheminots avec leur acquis sociaux, les Enseignants et leurs feignantises, les Dentistes qui vont à leur cour de golf à bord de leur Porsche.

La France se meurt, mais les Français n’en sont pas à leur première Révolution. Espérons que les fakes news et les télé-réalités n’auront pas atrophié le reste de cellules grises qui sommeillent en chacun de nous.

Les articles ci dessous relatent très bien la situation que subit actuellement la profession que j’affecte tant. « Le plus beau métier du monde » vous dirai-je… mais aujourd’hui à condition de le pratiquer hors de l’Hexagone.

https://www.lesechos.fr/idees-debats/cercle/cercle-181464-tarifs-des-dentistes-le-remake-du-scenario-2012-des-medecins-est-en-marche-2167992.php

http://laguttaperchee.over-blog.com/2018/02/systeme-de-sante-le-pire-est-a-venir.html

Pour information voici les prix pratiqués en 2016 dans la Belle Province (comptez 2 à 5% d’augmentation par an) comparés au reste du Canada . À savoir que ces honoraires sont totalement libres, donc bon nombre de clinique voit à la hausse ces tarifs…

http://plus.lapresse.ca/screens/b62d9376-daaf-4959-a1b8-ddf97f0010f1__7C___0.html

Alors il est cher le Dentiste en France ?
No comment…

R.